L'exemple d'une école éco citoyenne
Rechercher
  • Admin

L'exemple d'une école éco citoyenne




Entretien avec Nathalie Mortara, la fondatrice d'une école qui ouvrira ses portes à Coimères, en Gironde : l'Ecole des Renards. Son école est "hors les murs, éco citoyenne et vivante"



Nathalie, qu'est ce qui vous a motivée à créer l'école des renards ?


Ma motivation repose sur 3 piliers :

  1. Le fait que les enfants sont naturellement tournés vers les apprentissages et les découvertes (réf :Cyrulnik,Dehaene,Montessori)

  2. L'expérience et l'observation du bien-être que procure le contact de la nature aux enfants (et aux adultes aussi d'ailleurs)

  3. L'envie de créer une école où l'enfant deviendrait acteur de sa construction et de ses apprentissages dans le respect de sa dignité et du cadre pédagogique.



En un mot, l'école des renards, c'est quoi ?


Un projet innovant, une école hors les murs, une école éco citoyenne et vivante. Une école « 3ème Génération », plus reliée aux connaissances des sciences cognitives, aux Technologies d'Informations et de Communication.



Quel est le modèle pédagogique mis en place ?


Notre proposition est une pédagogie par l'expérimentation. Pour cela nous accompagnerons les enfants grâce aux pédagogies actives : pédagogie de coopération, pédagogie par la nature, pédagogie Montessori, pédagogie de projet, communication non violente, éducation à la paix, développement des compétences exécutives, émotionnelles et sociales, ateliers artistiques, techniques, expression libre en peinture Arno Stern, éveil à l'anglais, ouverture sur le monde, et enfin une classe unique (mélange des âges).



Nous suivrons l'acquisition des compétences et connaissances du socle commun, ou seules les postures et méthodes diffèrent. Tout ceci grâce à une équipe pluridisciplinaire riche, enthousiaste, formée et surtout passionnée.




L'école des renards semble mettre un accent particulier sur le contact à la nature. Comment cette valeur se traduira-t-elle en pratique dans la vie de l'école ?


En effet, le contact à la nature est au cœur du projet de l'école. L'enfant pour apprendre et s'épanouir ne peut pas être coupé du monde qui l'entoure et en particulier de la nature, du vivant. Nous avons l'opportunité d'installer l'école au cœur d'une propriété de 18 hectares, en bonne partie boisée et peuplée par une végétation préservée et une faune sauvage abondante, ainsi qu'une mini-ferme pédagogique qui grandira dans le temps.

En pratique, les enfants iront tous les jours au contact de la nature dans diverses activités :

jardin potager en permaculture, nourrissage des animaux, construction d'abris pour les insectes, hérissons etc., plantations d'arbres et plantes mellifères, observations en forêt, fabrication de compost, sensibilisation au tri des déchets et à nos ressources, construction de cabanes et autres inventions, jeux coopératifs, lecture et/ou sieste sous les chênes, jeux libres...



Bref vous l'aurez compris une véritable éducation éco citoyenne car nous sommes convaincus que la préservation de notre environnement passe par la sensibilisation et l'éducation dès le plus jeune âge. Les adultes référents proposeront et incarneront cette relation respectueuse avec la Terre et insufflerons chez eux un respect du vivant.



A l'école des renards une seule classe avec des élèves de 3 à 11 ans mélangés. Pourquoi ce choix ?


Le choix d'une classe unique se fonde sur l'observation des organisations de nos sociétés. Pourquoi devrait-on obliger l'enfant à vivre 8 heures par jours avec d'autres enfants seulement du même âge ? Pourquoi ne pas les laisser s'enrichir, se confronter à la diversité, s'entraider et apprendre les uns des autres ?


Nous pensons qu'avec un accompagnement construit autour de la bienveillance, l'écoute active, la communication non violente, le savoir être et le vivre ensemble, nous pourrons grandir, apprendre et « enseigner à vivre » (Edgard Morin) de manière respectueuse et dans une réalité globale du monde.


Nous pensons les apprentissages de manière transgénérationnelle. Au delà de la classe unique, les enfants côtoieront des enfants et des adultes d'âges et d'horizons différents (réseaux et partenariats d'associations, intervenants, bénévoles, parents et familles élargies).



Comment est-ce que la mixité des âges va se présenter en pratique ?


Nous aurons des temps partagés en grand groupe : accueil, rituels quotidiens, repas, projets communs, jeux, vie pratique, conseils d'école hebdomadaires, observations... qui serviront de repères, de cadre étayant, facilitateur.



Nous proposerons des séquences avec des plus petits groupes, de l'individuel, une approche différenciée de l'enfant. Pour cela nous avons réfléchi, plus qu'à une classe, mais à l'aménagement d'espaces et d'environnements ainsi qu'à la synergie de compétences de l'équipe. Je rappelle ici, que notre projet repose sur une équipe en permanence de 3 adultes référents minimum pour 26 enfants, à cela s'ajoute des intervenants réguliers, un service civique, et des bénévoles de façon ponctuelle mais régulière.


Revenons à notre environnement. 3 espaces donc :


  1. une yourte contemporaine de 100m2, classée ERP par un bureau de contrôle indépendant, qui sera pensée pour les apprentissages fondamentaux et didactiques : matériels Montessori, Seguin, pour les activités pratiques, sensorielles, mathématiques, langage. Des îlots de travail pour les plus grands, mobiliers à taille adaptée pour les plus petits, tapis de regroupement ; une bibliothèque avec son canapé et tout le confort pour « perdre du temps » avec les livres et la rêvasserie ! Nous décidons de laisser plus de place à l'imagination et au ne rien faire. Ici l'espace « rêves » est appréhendé comme une nécessité à l'épanouissement.

  2. L'atelier de 50m2 permettra le déroulement des ateliers techniques, applications scientifiques, mais aussi un espace dédié aux arts et à la créativité, avec notamment l'atelier Peintacouleur en expression libre, chaque semaine par petits groupes. Mais aussi l'espace sieste, pour ceux qui en ont besoin, afin de respecter le temps de sommeil nécessaire à chacun.

  3. Enfin l'espace extérieur : forêts, jardins, animaux, verger, et tous les possibles qui s'offrent à nous.


Nous aiderons, par une observations fine de l'enfant et de justes propositions à co-construire un emploi du temps singulier où l'envie, la curiosité et la joie sont moteurs des apprentissages. A nous de permettre par ces choix, l'accessibilité au socle commun et l'épanouissement de chaque enfant.


La posture de l'adulte est ici essentielle, solidement ancrée dans le projet pédagogique, elle devra nourrir les différentes intelligences, sans trop devancer l'envie de savoir, respecter le rythme et les processus d'acquisitions. Notamment pour les touts-petits, qui ont une immaturité affective physiologique avant 6/7 ans, et ne peuvent pas maîtriser leurs émotions. Nous devons poser des mots, apaiser, accompagner la reconnaissance de ce niveau et la verbalisation. Ils verront aussi les plus grands reconnaître leurs émotions, les exprimer plus clairement face à un camarade ou un adulte et rechercher des solutions pacifiques, dans la coopération et l'empathie. Encore une fois c'est l'apprentissage partagé et/ou le mimétisme qui opèrent.


Le cerveau de l'enfant est en construction continue et évolue selon son environnement. Ce n'est pas un être figé et son rapport au monde à travers ses apprentissages ne l'est pas non plus. Nous devons donc adapter nous aussi continuellement nos approches éducatives.


Tout ceci n'est pas magique, il faudra du temps, par une approche éthique et coopérative de l'ensemble des acteurs. Ce projet s'inscrira dans la durée et cherchera à évoluer.



Comment va -t-il y avoir une différenciation de l'enseignement alors que tous les âges sont mélangés ?


Mais la vie est mélangée et ça ne nous empêche pas d'apprendre !! Le monde social est fait d'allers-retours entre le groupe et l'individu, entre la cellule famille et les autres groupes d'une même société, entre les différentes sociétés et les individus. C'est le propre de l'Homme et nous voudrions faire de l'entre soi avec les enfants ? Pourquoi ?


Nous chercherons à prendre en compte la particularité du niveau, de l'autonomie de l'enfant, en ne basant pas essentiellement cette évaluation sur l'unique critère de l'âge.

La différenciation des apprentissages passe par un taux et une qualité d'encadrement suffisant. Nous ne sommes pas plus forts que les enseignants en école « classique ». Nous avons pensé une autre organisation, où le nombre d'adultes référents sera plus important, avec la spécificité des pédagogies actives. Pour l'école des renards, 3 accompagnants aux compétences complémentaires (éducation, art, technologie) sont présents en permanence, plus des intervenants professionnels et des bénévoles , 2 personnes en services civiques.



Quelle sera une journée type, s'il y en a, à l'école des renards ?


Alors plus qu'une journée type, un rythme. Un rythme qui s'installe progressivement, au cours des saisons, par des projets transversaux, construits à plusieurs, un lieu de vie qui germe et poussera avec le meilleur amendement possible : le plaisir, le plaisir d'apprendre à apprendre, la vie.


PAS DE DEVOIRS à l'école des renards, sauf si l'enfant veut faire des activités en plus chez lui. Nous pensons que les parents doivent avoir du temps avec leurs enfants, pour jouer, parler, rire, lire, être ensemble quand ils se retrouvent. Là aussi c'est une position tenue, comme l'engagement vers une éducation alternative, une parentalité joyeuse et des choix de vie qui en découlent.


C'est une scolarité revisitée, qui ose penser autrement le rapport aux savoirs, à l'autorité, à l'environnement et qui pointe comme priorité d'incarner dans la durée la cohérence et la stabilité du cadre.



Merci, Nathalie, pour ce partage. Nous vous souhaitons tout le meilleur dans cette aventure !



Propos recueillis par Baptiste Delvallé

Pour en savoir plus sur l'école des renards, rendez vous sur https://ecole-des-renards.jimdosite.com

296 vues
  • Youtube
  • Facebook Social Icône

Contactez-nous

Siège

Email: innovactionpedagogique@gmail.com

Téléphone : 07 66 85 38 38

(Nous recevons les appels les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 10h à 12h)

Foix, France