Rechercher
  • Admin

Les notes sont des photos

Mis à jour : 30 août 2018

Delvallé revient sur ce qu'est une note, ce qu'elle montre, ne montre pas, et sur comment adapter sa manière de noter et de parler des notes aux élèves.




Chaque année, certains élèves me prient de bien vouloir changer leur mauvaise note en une meilleure, rajoutant quelques points par ci par là. Parfois, même leurs parents s’y mettent, me priant d’avoir un peu de pitié et usant de toutes sortes d’arguments pour me convaincre que ce jour-là l’élève n’était pas en forme ou alors que l’élève a fait tout de bien à part ça et qu’il mérite donc bien une bonne note, insinuant qu’après tout ce n’est pas sympa de lui avoir assigné un 8/20.


Bien sûr, dans ces moments-là, le discours de l’élève ou du parent ne tourne jamais autour de ce qui pourrait être amélioré la prochaine fois. On est plutôt dans une obsession de la bonne note pour la bonne note elle-même, indépendamment de ce que la note évalue ou de ce qu’elle communique.


Pourtant, une note n’est ni une récompense ni une punition. Certains élèves me disent merci lorsqu’ils ont une bonne note. Je leur demande pourquoi ils me remercient et j’ai deux types de réponses. Certains me disent tout bonnement “ben, parce que vous m’avez donné une bonne note”, tandis que d’autres hésitent, se demandant eux aussi pourquoi ils me remercient. Je leur explique alors que tout ce que j’ai fait, c’est regarder leur travail avec attention et dans le détail (autrement dit, examiné) et que selon des critères précis j’ai assigné des commentaires sur comment s’améliorer, et un numéro (une note) pour donner une idée de la qualité du travail, de la même manière qu’on met des notes à un film ou à un hôtel après y avoir séjourné. Les directeurs d’hôtel se gardent bien de remercier leurs clients pour les cinq étoiles qu’ils reçoivent, mais plutôt se félicitent d’avoir fait du si bon travail.


Lorsqu’ils ont une mauvaise note, les élèves s’énèrvent souvent, et les parents encore plus (contre les élèves souvent, ou après les profs, de plus en plus). Toutefois, l’énervement semble souvent mal placé. “Qu’est-ce que tu vas faire avec des notes pareilles ?!” s’entendent parfois dire nos élèves. La réponse est simple : en somme, rien du tout. Que les notes soient bonnes ou mauvaises, on n’en fait rien. Par contre, le feedback qu’elles donnent peut nous aider à nous améliorer.


Parfois, quand un élève s’énerve lorsqu’un professeur lui rend du travail avec une mauvaise note, le professeur lui rétorque que c’est la note qu’il a mérité. Cela rejoint parfois ceux qui considèrent que les notes sont l’équivalent du salaire. D’ailleurs, certains professeurs, ou les parents, ont parfois l’idée de donner des récompenses proportionnelles aux notes. Pourtant, le salaire se mérite par le travail, qu’il soit bon ou médiocre. En tant que salarié, on est rémunéré à la fin du mois quelque soit la qualité de notre travail et ce seront d’autres méthodes d’évaluation qui nous donnerons du feedback. En tant qu’entrepreneur ou employé payé sur commissions, on est rémunéré en fonction de nos ventes, que nos produits soient de qualité ou pas (peut-être les clients les achètent-ils seulement parce que nous sommes bons vendeurs, ou parce que nous sommes les seuls à avoir ces produits). De la même manière, nous ne mettons pas une note en fonction de ce que mérite l’élève (sinon, elles seraient en fonction du nombre d’heures passées à étudier), ni en fonction de sa capacité à nous convaincre qu’il vaut bien un petit 20/20, mais bien en fonction de la qualité du travail rendu, c’est-à-dire du travail de l’élève, à un moment donné, et sur une tâche donnée.


Au final, une note est une photo. Une photo du travail de l’élève, convertie en nombre. Comme toute photo, la note n’est représentative que de ce qu’elle a pris en photo. Ainsi, un 4/20 ne veut en rien dire que l’élève vaut 4/20, ni que son travail en général vaut 4/20, ni même que ce que les efforts de l’élève valent 4/20. La note signifie simplement que le produit rendu (l’exposé, le contrôle, la dissertation, etc.) à la demande donnée (au sujet de l’examen, de la dissertation) valait 4/20. Mais comme toute photo, il y a tout un tas de choses hors du cadre : le nombre d’heures qu’a passé l’élève à étudier, la quantité de réflexion appliquée, la motivation de l’élève, la qualité qu’aurait eu le travail s’il avait été effectué à un autre moment… Toutefois, comme toute photo, si elle a été bien prise, la note indique la qualité de ce qui a été pris en photo. Ainsi, la note reste un moyen pour l’élève de réajuster ce que prend le prof en photo pour que la prochaine fois qu’une photo est prise la photo soit un peu plus belle.


Une fois cela accepté, il est intéressant de rappeler aux élèves et à leurs parents ce qu’est une note. En pratique, ça leur permet de davantage se concentrer sur le feedback que donne la note, sans se décourager (ou sans s'enorgueillir, pour ceux qui reçoivent de très bonnes notes), et sans se sentir victime (ou favorisé).


Du côté du professeur, garder en tête qu’une note est une photo permet de rester objectif (ne se sentant jamais mal de mettre une mauvaise note, par exemple), mais aussi de se souvenir que les notes ne montrent pas la valeur de l’élève, mais la qualité d’un travail donné. Il est ainsi bon de se rappeler qu’il est fort utile de prendre des photos de plusieurs aspects différents pour avoir une meilleurs idée des capacités des élèves. Après tout, il ne nous viendrait pas à l’idée de juger une maison seulement avec des photos du salon. On prendrait aussi des photos de toutes les autres pièces.


C’est ainsi que, quelque soit la matière, il est bon d’évaluer une variété de travaux, avec une variété de méthodes d’évaluation, et qu’il est bon de passer du temps sur les commentaires qui expliquent pourquoi la photo a été prise ainsi, et pourquoi ce qu’elle révèle est ou n’est pas satisfaisant. Si la photo ne montre qu’une partie du tout, l’élève, lui, est bien conscient de tout ce qui est hors cadre. Il ne comprendra donc pas automatiquement pourquoi il a reçu une telle note.


Aussi, le photographe fait bien de faire preuve d’un peu d’humilité. Aucun sujet d’une photo est complètement laid et ne mène qu’à des photos moches. Ainsi en est-il dans le cadre scolaire. S’il n’est évidemment pas juste de mettre une bonne note à un mauvais produit, il est bon de se rappeler qu’un nouvel angle peut offrir une nouvelle perspective. Et en pratique, cela veut dire qu’un nouvel angle peut montrer les bons côtés d’un produit globalement mauvais, ainsi donnant des pistes sur ce qui est à garder, ce sur quoi se baser pour améliorer le produit, et offrant de quoi ne pas complètement décourager l’élève.

À vos objectifs, photographes en herbe !


Baptiste Delvallé

(fondateur et président de Innov'Action Pédagogique, Delvallé est professeur depuis plus de 6 ans dans des écoles américaines et internationales en France et dans le reste du monde)

21 vues
  • Youtube
  • Facebook Social Icône

Contactez-nous

Siège

Foix, France